On the work of buyer . If you need olive oil, wine or food from Spain write to winesinform@gmail.com

See some products and prices (Excel file) at www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Importer Sheet and Winery Sheet: Advises

Sobre el trabajo de comprador . Si necesita aceite de oliva, vino o alimentos de España escriba a winesinform@gmail.com

Vea algunos productos y precios (Hoja Excel) en www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Ficha de importador y Ficha de bodega: Consejos


miércoles, 6 de abril de 2016

Tras asaltos a camiones con vino de España:......Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l'Aude.

Aude : Les engagements du Syndicat des vignerons



Aude : Les engagements du Syndicat des vignerons
Frédéric Rouanet, président du syndicat des vignerons de l'Aude.
Archive OLIVIER GOT.

  par ARNAUD CHABÉ



L e syndicat des vignerons de l'Aude et son président, Frédéric Rouanet, ont fait le point sur les dossiers en cours et la situation de la viticulture audoise, à quelques mois des prochaines vendanges.


Quelques semaines après avoir pris la présidence du syndicat des vignerons de l’Aude, Frédéric Rouanet et son équipe ont fait le point, vendredi 7 juin, sur les différents dossiers qu’ils défendent et sur la conjoncture, globalement favorable, de la viticulture départementale. Tour d’horizon à 90 jours, environ, de la prochaine vendange.

Stocks et prix. 

En préambule, Frédéric Rouanet a voulu faire taire une rumeur : "On entend, de plus en plus, que l’on va avoir, cette année, une récolte énorme et, donc, que les prix vont baisser. C’est insupportable ! Comment peut-on dire ça alors que la vigne est encore en train de fleurir ? Il est impossible, à ce jour, d’évaluer la récolte." Le négoce est bien entendu dans le collimateur...

Du côté des stocks, le président du syndicat estime que la prochaine vendange commencera avec environ 40 à 50 % de la précédente récolte dans les cuves alors que, dans le même temps, seuls 10 à 15 % n’auront pas été vendus. L’explication vient de retiraisons qualifiées de "moyennes", entraînant, de fait, une légère baisse des prix par rapport au début de la campagne. "Nous attendons un véhicule législatif permettant de mettre en place un acompte de 15 % : ce serait un élément concret entre nous et le négoce. Le sénateur Courteau y travaille et on y tient. Cela permettrait de résoudre quelques problèmes de trésorerie dans les exploitations". Bonne tendance, en revanche autour de la consommation qui, pour la première fois depuis des années, remonte légèrement en France.

La chaptalisation bon gré mal gré... 

Ce n’est pas de gaîté de cœur, mais, vue la météo, le syndicat va se déclarer, cette année, favorable à l’enrichissement en sucre... "On a des marchés avec des degrés, on ne peut les laisser filer". En revanche, les vignerons vont continuer à se battre pour récupérer les aides à l’utilisation des moûts concentrés perdues l’an passé. Pour deux raisons : "Culturelle, compte tenu de la bataille autour du sucre dans notre région ; et stratégique parce que les moûts concentrés nous permettaient de récupérer 3 millions d’hectos de vins espagnols qui n’étaient pas sur le marché...".

Rendements et aides à l’hectare

Le syndicat des vignerons de l’Aude soutient ardemment le système actuel concernant les rendements autour des vins sans indication géographique et principalement autour des propriétés dites mixtes (qui produisent du vin de table, des AOP ou des vins de cépages). "Le plafond de 180 hectos à l’hectare avec contrôle ensuite marche très bien... Nous voulons organiser une table ronde régionale sur le sujet pour trouver une solution qui convienne à tout le monde". Le Bordelais est, cette fois, en ligne de mire : "Lors de grandes récoltes, déclasser massivement un AOP en vins de cépages serait plus contraignant".

Du côté des aides à l’hectare, ardemment défendues par les syndicalistes, la visite au ministère de l’Agriculture s’est avérée payante. Stéphane Le Foll vient en effet d’écrire au syndicat pour lui signifier que son personnel travaillait sur ses propositions tournant autour du pilier “1” de la politique agricole commune consacré aux zones fragilisées et sur les mesures agro-environnementales cofinancées par la région. La mobilisation a permis d’en arriver là...

Taxation du vin : "Ce serait une déclaration de guerre"

L’éventualité de la mise en place d’une taxe sur le vin a fait grand bruit ces derniers jours. Or, Frédéric Rouanet le répète : "Il n’y a rien de concret. En revanche, si c’était le cas, ce serait une déclaration de guerre. Il est hors de question que ça se mette en place".

Origine information: Midi Libre 

Comentario: 

Este artículo (con faltas ortográficas en francés ha sido recogido literalmene de Midi Libre) .

 El motivo de publicarlo es "entender" las razones de los productores franceses para asaltar los camiones españoles transportando vino, informaciones recogidas en http://spainwinesnews-noticiasdevinoespanol.blogspot.com.es/2016/04/red-whine-moaning-french-winemakers.html y http://spainwinesnews-noticiasdevinoespanol.blogspot.com.es/2016/04/bodegas-venta-don-quijote-siente.html

No hay comentarios:

Publicar un comentario