On the work of buyer . If you need olive oil, wine or food from Spain write to winesinform@gmail.com

See some products and prices (Excel file) at www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Importer Sheet and Winery Sheet: Advises

Sobre el trabajo de comprador . Si necesita aceite de oliva, vino o alimentos de España escriba a winesinform@gmail.com

Vea algunos productos y precios (Hoja Excel) en www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Ficha de importador y Ficha de bodega: Consejos


lunes, 20 de marzo de 2017

Importations de vins en Suisse : jamais aussi basses !


Importations de vins en Suisse : jamais aussi basses !

Resultado de imagen de suisse vin


Pour ceux qui ne lisent pas le Schweizerische Weinzeitung, fondé il y a 124 ans, voici quelques chiffres de l’importation des vins en Suisse pour 2016. On n’a jamais autant importé de vins blancs (un peu plus de 35 millions de litres) et jamais si peu de vins rouges (121,5 millions de litres). Une fois de plus depuis plus de 10 ans, le contingent tarifaire de 170 millions de litres n’a pas été atteint (158,6 millions de litres).

On le sait, la Suisse est réputée un «marché mûr» : en clair, on ne fait que piquer des parts de marché à son voisin, sans pouvoir progresser. C’est ce que montrent les chiffres 2016 tirés des douanes. On n’a, globalement, jamais importé si peu de vins durant ces dix dernières années. Le chiffre bas de 2013 (158,643 mios de litres) a été battu de peu (158,595 mios de litres).

Est-ce à dire que la consommation de vin, autour de 35 litres par habitant, a baissé ? Les faibles vendanges de ces dernières années en Suisse avaient encouragé une importation flirtant avec 160 millions de litres en 2014 et 2015. Il y a deux bémols au constat d’une baisse de la consommation plus importante en 2016 : d’abord l’influence du «franc fort», ensuite, les 5 litres de tolérance aux frontières (6 bouteilles) au lieu de 2, depuis juillet 2014. Ce qui veut dire que les Suisses, entourés de pays viticoles (France, Italie, Autriche, Allemagne), peuvent ramener beaucoup plus de bouteilles, ni vu, ni connu !

Un quatuor de grandes surfaces à près de 50%

Dans ce contexte à la baisse (3 millions de litres de vin rouges importés en moins par rapport à 2015), les positions ont peu bougé parmi les gros importateurs. Les dix plus gros importent près des deux tiers des vins (62%) et les 4 grands distributeurs que sont Coop, Denner, Lidl et Aldi importent à eux seuls 47% des vins (+ 1%).

Coop mène largement la danse, avec 33,8 mios de litres (dont une belle progression de plus de 500’000 litres en blanc), devant Denner, qui ne passe pas la barre des 30 mios (29,72), Bataillard, 3ème, avec 7,7 mios de litres (mais une chute de 20% !), devant les Caves Garnier, 6,35 mios de litres, Lidl, qui passe pour la première fois la barre des 5 mios de litres, devant Aldi, juste sous cette barre (4,93 mios de litres).

Suis le groupe de la Weinkellerei Aarau (4 mios de litres), Vini Bée à Stabio (2,2 mios de litres), Mövenpick à Vinzel, premier romand (juste 2 mios de litres) et, dixième, en progression de 9%, Bindella, le spécialiste historique des vins italiens (1,85 mios de litres).

Coop rachète des caves

A y regarder de plus près, le groupe Coop pèse bien plus lourd : plus de 35 mios de litres, avec les deux commerces qu’il a racheté via sa filiale Transgourmet, le spécialiste en vins espagnols Casa del Vino et l’ex-entreprise familiale Riegger, ainsi qu’une branche de Von Salis, dans les Grisons. Une bouteille de vin importé en Suisse sur cinq provient de la Coop, souligne Stefan Keller.

Même remarque pour Fenaco, qui possède les Caves Garnier, mais aussi Divo (en progression de 24% en 2016) et Landi Suisse (– 10%, sous la barre du million de litres). On pourrait y ajouter Uvavins (un peu d’un million de litres, mais — 14%). Quant à Manor, la chaîne achète de moins en moins en direct (— 36% à 384’000 litres seulement). Même tendance chez Globus (groupe Denner-Migros), à — 15% (118’000 litres).

Schenk importe moins de vin

Chez les Romands, Weinwelt Schweiz (Rouvinez partenaire) perd 19%, le groupe Schenk, 20% (largement sous la barre des 2 mios de litres, pour la première fois, à 1,64 mios de litres) et Obrist, du même groupe, — 16%, et South Wine à Orbe, — 15% et Solera à Vernier (— 19%).

A Zurich, mais aussi en Suisse romande, avec Vogel Vins, Global Wine perd 21% de volume d’importation, comme Gazzar, — 17% et Berthaudin, — 16%, deux spécialistes des bordeaux.

D’autres s’en tirent mieux, comme Covin, également à Genève (+ 9%), AMD Swiss à Attalens (+ 8%) et Vinum à Bienne (+ 14%).

QoQa Vins qui vend des vins en proposition quotidiennes via Internet est passé en trois ans de 188’000 litres à près de 300’000 litres (299’000), soit + 22% en un an. Delinat, qui vend des vins bio par Internet, progresse aussi de 10% et Philippe Schwander, master of wine zurichois, + 5%.

Chez les importateurs de vins portugais, Gomes à Bâle, réussit du + 34%, tandis que de Sousa, à Neuchâtel, fléchit de 48% et que José de Pina à Sierre progresse de 8% et Casa dos Santos à Conthey, de 58%.

Redistribution des cartes entre importateurs de vins italiens à Crissier, où SVR progresse de 12%, tandis que Dorimar recule de 46%.

Origine information: ThomasVino

No hay comentarios:

Publicar un comentario