On the work of buyer . If you need olive oil, wine or food from Spain write to winesinform@gmail.com

See some products and prices (Excel file) at www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Importer Sheet and Winery Sheet: Advises

Sobre el trabajo de comprador . Si necesita aceite de oliva, vino o alimentos de España escriba a winesinform@gmail.com

Vea algunos productos y precios (Hoja Excel) en www.winesinform.com/OfertaPublicaBodegasWeb.xls

Ficha de importador y Ficha de bodega: Consejos


miércoles, 10 de agosto de 2016

Le CRAV vide les cuves « espagnolisées » d’un transporteur de Sète

Le CRAV vide les cuves « espagnolisées » d’un transporteur de Sète


Pas d’images nocturnes de vandales à cagoule pour cette action du CRAV, mais d’impressionnants jets de vin rouge. - crédit photo : Reportage de France3 Languedoc-Roussillon
Vendredi 05 août 2016 par Alexandre Abellan Vitisphere



Laissant sauter les digues de sa colère, le groupuscule audois vient de déverser des milliers d’hectolitres. Une nouvelle action choc qui pourrait en annoncer d’autres, en GD.




Scène biblique dans les rues de Sète, à minuit ce mardi deux août, une rue était inondée par un flot de vin. Les vannes de plusieurs cuves de la maison Biron ont été ouvertes par des individus se revendiquant du Comité Régional d’Action Viticole (le CRAV), rapporte a posteriori France 3 (aucun tag n’a été trouvé sur les lieux). Au final, il aura fallu trente minutes aux pompiers pour pomper le vin s’écoulant sur la rue du Maréchal-Juin précise le Midi Libre.




Si la direction de la maison Biron se refuse à tout commentaire avant la finalisation de ses déclarations de sinistre, elle précise ne pas être une société de négoce, mais seulement de transport. Et sur ses 180 000 hectolitres de stockage, l’agence maritime glisse en avoir autant de vins français que d’étrangers. Une précision qui a son importance, le noeud de ces actions violentes se trouvant dans les difficultés de la fin de campagne languedocienne (avec des retiraisons languissantes dans le vignoble), alors que les importations de vrac espagnols suscitent au mieux de la suspicion, au pire des accusations envers les approvisionnements du négoce.




L'été sera chaud


Exactement deux semaines après l’incendie des locaux de Vinadeis, cette nouvelle opération coup de poing témoigne de l’exaspération d’une partie du vignoble languedocien. Se plaignant de ne pas avoir été suffisamment entendu et considéré, le CRAV pourraient réaliser de nouvelles actions de vandalisme. Bien introduit dans le groupuscule, France 3 a recueilli un témoignage évoquant de futures « visites de courtoisie » à la grande distribution. Fin 2009, le CRAV avait déjà réalisé des raids sur des enseignes de hard-discount de l'Aude.




Face à ces casseurs, les organismes représentatifs du vignoble oscillent entre stupeur et incompréhension. Au Conseil Interprofessionnel des AOC du Languedoc et des IGP Sud de France (CIVL), on prépare pour la fin août un guide conseillant aux ODG des orientations de production. « Il ne faut par exemple pas produire de rosés si l’on n’a pas de marchés » note Xavier de Volontat, le président du CIVL.




"La situation syndicale la moins confortable"



Ayant vidé cinq camions de vins espagnols en avril dernier, le Syndicat Viticole de l’Aude comprend les difficultés, mais appelle à la patience. Ses représentants ont remis un rapport sur le sujet au gouvernement, lors de la visite ce 8 juillet du premier ministre Manuel Valls, accompagné du ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. Désormais, ses élus attendent de voir les résultats à la rentrée : « la situation syndicale la moins confortable » glisse Frédéric Rouanet, son bouillonnant président. « Mais s'il n'y a rien qui avance, on relancera la mobilisation ».



Mise à jour du 8 août :




Evoquant « à peu près 6 000 hectolitres » de vins vidés (rouges comme blancs, d'origine française comme espagnole), Jean-Baptiste Biron, le PDG de la maison éponyme, refuse de voir dans l'action du CRAV une démonstration de colère. « C'est un acte criminel prémédité, réalisé en bande organisée. Ils ne m'ont pas envoyé de message, ils n'ont pas de revendications. On ne peut pas prêter des idées à des gens cagoulés » tranche-t-il froidement.


LIRE LES COMMENTAIRES

Kimbley Le 10 août 2016 à 01:09:03
Encore ces courageux passéistes du CRAV qui évidemment n'achètent pas un seul T-shirt fabriqué en Asie ou au Magreb mais privilégient le bon fil français par solidarité avec les filières françaises, qui surtout ne vont pas acheter leurs produits phito de l'autre côté de la frontière (oh non! Surtout pas!), qui...il vaut mieux arrêter là comme l'écrit Craoux, le monde de ces terroristes viticoles se définit à l'aune de leur intérêt. Et ceux parmi nos valeureux producteurs qui ne se cachent pas derrière une cagoule pour montrer l'autre du doigt cherchent de vraies solutions. Pendant que la bêtise frappait à Sète ils étaient entre deux avions deux trains, dans la voiture, pour aller promouvoir leur vins sur un salon, une foire, chez un client ...
RobertG. Le 05 août 2016 à 15:07:40
Au lieu de vider les cuves, ils auraient pu les utiliser pour irriguer leurs igp. Le crav, nouveau fléau du languedoc avec la sécheresse: millésime de m... pour un vignoble dans la m...
craoux Le 05 août 2016 à 12:54:49
Ce serait bien qu'il nous soit rapporté comment FR 3 a pu authentifier l'appartenance de ces couillons au CRAV. En admettant qu'il n'y ait pas de doute, je serais tenté de demander à ces barjots, dont je ne doute pas qu'ils soient à ce point vertueux et exigeants en toutes circonstances, qu'ils me confirment clairement leur refus d'embaucher toute main-d'œuvre "bon marché" voire sous payée (voire limite au black parfois) tels que les travailleurs détachés de pays de l'est, vendangeurs espagnols, ouvriers agricoles maghrébins, etc. ! Leur "monde" se définit à l'aune de leur intérêt ...




"Quand le Midi gronde..."
Interpellant le ministre de l'Agriculture dans une lettre ouverte, le sénateur languedocien Henri Cabanel confirme qu'à un mois des vendanges, « cela va continuer, car les viticulteurs sont en colère. Et quand le Midi gronde… » Et, tout en déplorant les actes de vandalisme, de réclamer une intervention pour résoudre « la situation préoccupante relative à l’importation de vins espagnols vendus en France entre 30 et 40 €/hl, alors que le prix de nos vins se situe entre 70 et 80 €/hl ».

No hay comentarios:

Publicar un comentario